PAGE d'ACCUEILQui sommes-nous ?Pour effacer l'historique Poussez la porte....De la GendarmerieDe la Police nationaleD'un AvocatD'un ThérapeutheNotions de DroitDéfinitionsPeines encourues et délaisLe consentementL'incesteLe bizutageDémarches à suivreQue faire après un violProcédure , étape 1Procédure , étape 2Procédure , étape 3Trouver de l'aideNuméros à appelerUne application à connaîtreAssociationsTableau des départementsForumsLes livres qui en parlentL'aide juridictionnelleAlcool et DrogueAlcool et violDrogue et violDrogue du violeurQuelques chiffresConcernant les victimesConcernant les agresseursObservatoire des violencesLe SportHarcèlement au travail Professionnels : formationFausses accusationsTémoignagesAppel à Témoignages Le procès, une étape indispensableLe soutien d'un Juge d'InstructionJe témoigne au nom de ma filleMême après le délai de prescription...Une douleur toujours présente...Victime d'un pédophileDes victimes de "frotteurs"La Presse en parleProcès aux assisesClip de Lady GagaTery Hatcher à l'ONUFormulaire de contact
Alcool et Drogue
logo avocat gd format.jpg
L'alcool et la drogue sont fréquemment à l'origine d'agressions sexuelles.

Ni l'alcool, ni la drogue, ne constituent une excuse, ou une "circonstance atténuante", en matière d'agression sexuelle.

Que ce soit l'agresseur, ou la victime d'une agression sexuelle, qui ait consommé de l'alcool, ou se soit trouvé sous l'emprise de produits stupéfiants, n'enlève rien à l'incrimination de l'auteur, et encore moins au statut de victime.

La victime qui a bu, ou qu'on a fait boire de l'alcool, ou à qui on a fait consommer de la drogue, voit son consentement anéanti, ou au moins, très affaibli. L'agresseur le sait.

Vous ne serez pas "mal jugé(e)", en tant que victime, parce que vous aviez bu de l'alcool, ou qu'on vous avait fait fumer quelques joints, avant d'abuser de vous.
Une vidéo intéressante. Ce n'est pas une pub pour une marque de boisson alcoolisée !