Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
PAGE d'ACCUEILQui sommes-nous ?Comment effacer l'historique Poussez la porte....De la GendarmerieDe la Police nationaleD'un AvocatD'un ThérapeutheNotions de DroitDéfinitionsPeines encourues et délaisLe consentementL'incesteLe bizutageDémarches à suivreQue faire après un violProcédure , étape 1Procédure , étape 2Procédure , étape 3Trouver de l'aideNuméros à appelerUne application à connaîtreAssociationsTableau des départementsForumsLes livres qui en parlentL'aide juridictionnelleAlcool et DrogueAlcool et violDrogue et violDrogue du violeur,toujours d'actualité?Quelques chiffresConcernant les victimesConcernant les agresseursObservatoire des violencesLe SportFormation des professionnelsTémoignagesAppel à Témoignages Le procès, une étape indispensableLe soutien d'un Juge d'InstructionJe témoigne au nom de ma filleMême après le délai de prescription...Une douleur toujours présente...Des victimes de "frotteurs"La Presse en parleProcès aux assisesClip de Lady GagaTery Hatcher à l'ONUFormulaire de contact
Concernant les agresseurs
Personnes mises en cause:
(statistiques Ministère de l'Intérieur 1997)

Hommes : 96,3 %
Femmes : 3,7 %

Personnes condamnées:
(statistiques Ministère de la Justice 1996)

Hommes : 99 %
Femmes : 1 %

91 % des personnes condamnées sont de nationalité française
- 16,8 % appartiennent à des professions médicales et paramédicales
- 13,1 % exercent les métiers de l'enseignement, de l'animation ou de la petite enfance
- 14,8 % ont des responsabilités d'encadrement (PDG, ingénieur, énarque, gérant de bar, entrepreneur, chef de service, ...)
- 12,7 % exercent les métiers de la loi et de l'ordre (policier, militaire, gendarme, attaché parlementaire, etc.)
... soit 57,4 % des personnes condamnées.

Les condamnations pour viol et autres agressions sexuelles en 1996 comptaient 14,1 % de mineurs et 5,5 % de plus de 60 ans (Ministère de la Justice).

Les études montrent que la plupart des agressions sont préméditées, une réalité qui vient invalider le fait que le viol correspondrait à une "pulsion irrépressible et incontrôlable".

Le violeur n'est très majoritairement ni étranger, ni célibataire (vivant seul), ni asocial, ni impulsif. Dans la plupart des cas, il est parfaitement intégré à la société, marié (ou vivant maritalement) avec des enfants.

Le statut socio-économique n'est pas du tout un facteur déterminant.
logo avocat gd format.jpg chiffres.jpeg