PAGE d'ACCUEILQui sommes-nous ?Pour effacer l'historique Poussez la porte....De la GendarmerieDe la Police nationaleD'un AvocatD'un ThérapeutheNotions de DroitDéfinitionsPeines encourues et délaisLe consentementL'incesteLe bizutageDémarches à suivreQue faire après un violProcédure , étape 1Procédure , étape 2Procédure , étape 3Trouver de l'aideNuméros à appelerUn site internetUne application à connaîtreAssociationsTableau des départementsForumsLes livres qui en parlentL'aide juridictionnelleAlcool et DrogueAlcool et violDrogue et violDrogue du violeurQuelques chiffresConcernant les victimesConcernant les agresseursObservatoire des violencesLe SportHarcèlement au travail Professionnels : formationFausses accusationsTémoignagesAppel à Témoignages Le procès, une étape indispensableLe soutien d'un Juge d'InstructionJe témoigne au nom de ma filleMême après le délai de prescription...Une douleur toujours présente...Victime d'un pédophileMon enfance violée...l'incesteGraine d'espoir...Lettres pour guérir...Après 20 ans de silenceViolée par un beau-frère...Viols tus pendant des années...Libération par l'écriture...Violée à 15 ansDes victimes de "frotteurs"Dans un bus...La Presse en parleProcès aux assisesClip "PARDON"Clip de Lady GagaTery Hatcher à l'ONUFormulaire de contact
Violée à 15 ans..
logo avocat gd format.jpg
Adresse mail pour vos témoignages:
 Bonjour, j'ai 16 ans.

J'ai été victime de viol à l'âge de 15 ans.
Cela s'est produit en mai 2020, le 11 (déconfinement) 
Au départ je ne comprenais pas ce qu'il s'était produit. j'étais inconsciente du danger qu'il m'était arrivé.
Je savais pertinemment que je ne voulais pas cet acte sexuel, j'étais paralysée par la peur et l'émotion.
Je pleurais. 
C'est mon ex petit ami qui a commis cet acte, il était conscient, n'avait rien fumé ni bu, cela c'est produit 7 fois.
Pendant ces 7 fois je ne pouvais rien contre. ni hurler, ni bouger, ni l'en empêcher.
La seule chose que j'ai pu faire c'est pleurer. 
J'ai porté plainte lors d'une hospitalisation suite à une des 3 tentatives de suicide que j'ai commis. 
Ma mère l'a appris au téléphone, je lui disais adieu et lui ai expliqué pourquoi. 
Mon père l'a appris en même temps que maman.
Niveau judiciaire, mon dépôt de plainte a été classé sans suite le 12 mai 2021, le lendemain des 1 ans de l'acte. 
Je n'ai pas vraiment de prise en charge niveau psychologique. 
J'ai des anti dépresseurs et c'est tout.
Le passé me revient sans cesse sous forme de flashback, j'en fais des cauchemars chaque nuit. 
Je suis actuellement en dépression post-traumatique, je suis anxieuse et déclare une phobie scolaire et humaine.
Je ne suis actuellement toujours pas remise de mon histoire.
Si aujourd’hui je témoigne c'est tout simplement car je souhaite parler au nom de toutes les femmes et tout les hommes ayant vécu la même chose.
France 3(point)