PAGE d'ACCUEILQui sommes-nous ?Pour effacer l'historique Poussez la porte....De la GendarmerieDe la Police nationaleD'un AvocatD'un ThérapeutheNotions de DroitDéfinitionsPeines encourues et délaisLe consentementL'incesteLe bizutageDémarches à suivreQue faire après un violProcédure , étape 1Procédure , étape 2Procédure , étape 3Trouver de l'aideNuméros à appelerUn site internetUne application à connaîtreAssociationsTableau des départementsForumsLes livres qui en parlentPoints de sutureInvraisemblable guérisonL'aide juridictionnelleAlcool et DrogueAlcool et violDrogue et violDrogue du violeurQuelques chiffresConcernant les victimesConcernant les agresseursObservatoire des violencesLe SportHarcèlement au travail Professionnels : formationFausses accusationsTémoignagesAppel à Témoignages Le procès, une étape indispensableLe soutien d'un Juge d'InstructionJe témoigne au nom de ma filleMême après le délai de prescription...Une douleur toujours présente...Victime d'un pédophileMon enfance violée...l'incesteGraine d'espoir...Lettres pour guérir...Après 20 ans de silenceViolée par un beau-frère...Viols tus pendant des années...Libération par l'écriture...Des victimes de "frotteurs"Dans un bus...La Presse en parleProcès aux assisesClip "PARDON"Clip de Lady GagaTery Hatcher à l'ONUFormulaire de contact
Viols tus pendant des années..
logo avocat gd format.jpg
Adresse mail pour vos témoignages:
 J'ai 65 ans, pendant des années je n'ai pas pu parlé des viols que j'ai vécu à l'adolescence et plus tard entre 16 et 21 ans.
 La première fois j'avais 16 ans, alors que je travaillais dans une famille comme serveuse l'été.
 C'était ma première expérience sexuelle.
 j'ai été violée par le fils ainé qui avait 25 ans ainsi que par son plus jeune frère et un de ses amis. ( ceci se passait la nuit, où ces hommes venaient dans mon lit)
 je ne pouvais pas en parler, j'avais peur, honte, je me sentais salie, coupable.
 Je sais maintenant que j'étais dans le déni, ainsi continuer de vivre ou survivre.

De plus les adultes, je parle de mes parents à l'époque, n'ont du tout été aidant, ni soutenant, n'ayant plus mes règles, je n'avais personne en qui j'avais suffisamment confiance pour me confier.
J'avais écrit à une personne que je connaissais en qui j'avais confiance, mais voilà ma mère à ouvert cette lettre, et au retour de l'école, j'ai été questionnée sans ménagement et culpabilisée puis conduite chez un médecin...
Je ne me rappelle pas de ce qui s'est passé et dit chez ce médecin... oublié ,dans la terreur.
 Personne ne m'a aidé à comprendre que ce n'était pas de ma faute... que c'était cet homme le violeur, et le coupable...
 il n'a jamais plus été question de rien avec la mère, ( plus tard, je devais avoir 40 ans, j'ai voulu parler avec elle, elle a refusé et à nouveau agressé en m'accusant d'être "mauvaise".
 je n'avais même pas compris que c'était des viols,
 j'en ai  eu réellement conscience vraiment depuis 3 ans,
 toute ma vie a été teintée par ces violences vécues ainsi que la honte et la culpabilité.
D'autres viols plus tard ont suivi.
Je vous en passe le détail, ici.
 la raison de mon témoignage est, qu'aujourd'hui le travail étant effectué, je souhaiterais partager mon expérience,  de femme, de mère.
Rencontrer des êtres hommes ou femmes en connaissance de ce que ces violences génèrent afin de contribuer d'une façon ou d'une autre soit en témoignant ou tout autre possibilité.
France 3(point)